Jan Dilenschneider, Freedom of Expression

« Je suis ravie que cette exposition s’ouvre entre le 4 juillet, qui marque l’indépendance des Etats-Unis, et la fête nationale française, s’exclame Jan Dilenschneider. Je suis tellement attachée à la liberté d’expression et ces deux dates sont marquantes en la matière. » Une liberté que l’artiste américaine revendique aussi haut et fort dans ses toiles. Pour sa troisième exposition individuelle à la Galerie Pierre-Alain Challier, Jan a choisi de présenter une vingtaine de toiles, toutes consacrées à la nature de Long Island où elle habite. « J’ai la chance de vivre dans un endroit merveilleux, qui ne cesse de m’inspirer. La peinture me permet d’exprimer la poésie des paysages, les couleurs changeantes au fil des heures. » Ni figuratives ni abstraites, les toiles de Jan Dilenschneider expriment une grande puissance. Les traits sont marqués ; les couleurs claquent, s’opposent parfois. Mais il ressort une telle harmonie de ces paysages que l’on n’a plus qu’une envie : se plonger dans la contemplation de cette nature si belle, de la préserver pour qu’elle continue à émerveiller les générations. A côté de sa peinture, Jan Dilenschneider est particulièrement active dans le soutien aux artistes opprimés. Elle a d’ailleurs créé un fonds d’aide baptisé Scholar Rescue Program in the Art. « Ce fonds nous permet de faire venir aux Etats-Unis des artistes de nombreux pays, ravagés par la guerre, et de leur redonner confiance dans leur talent. »

Texte Béatrice Delamotte

Facebook5k
Facebook
LINKEDIN
INSTAGRAM23k