« LES TETES DE L’EMPLOI »

by Olivier Descoins

Mercredi 16 novembre sort en salles l’excellent film « Les Têtes de l’Emploi », une comédie dramatique acide réalisée par le tandem Alexandre Charlot et Franck Magnier (anciens auteurs des guignols de l’info).

Le film était présenté en avant-première au Gaumont Opéra à Paris en présence de toute l’équipe du film et de nombreux invités prestigieux.

Elsa Zylberstein sublime dans une robe fourreau rose, perchée sur des stilettos n’avait pas grand-chose en commun, niveau style, avec Cathy, son personnage de cagole hystéro attachante qu’elle interprète dans le film, François-Xavier Demaison et Franck Dubosc étaient très émus de découvrir le film, eux aussi pour la première fois en salle.

Très élégant, Franck a tenu à souligner le talent des autres comédiens du film, Charlotte Gabris, Jean-François Cayrey et Patrick Bouchitey, excellents dans de seconds rôles très efficaces.

On a pu croisé sur le tapis rouge, Frédérique Bel de plus en plus brune, la réalisatrice Lisa Azuelos, Tarek Boudali et Philippe Lacheau, Dimitri Storoge et sa compagne Virginie de Clausade dont le nouveau livre « De bruit et de fureur » vient de paraître, Hermine de Clermont-Tonnerre très en forme, le réalisateur Olivier Dahan et son éternelle casquette de gavroche, Mathilde Seigner et son compagnon Mathieu Petit, Marco Prince en très jolie compagnie, la comédienne Julie Fournier mais aussi Géraldine Maillet de toute les fêtes, Malika Ménard et le producteur à succès Alain Attal.

Ils se sont tous retrouvés pour l’after-show organisé par Five Eyes Productions au Buddha-bar dans une ambiance cosy et chaleureuse.

LE PITCH :

Cathy, Stéphane et Thierry travaillent dans une agence pour l’emploi.

Ils travaillent tellement bien que leur antenne risque de fermer faute de chômeurs.

Pour ne pas se retrouver sur le carreau, ils se mettent en tête de recréer du chômage…

Une véritable comédie sociale – à l’anglaise – où l’on rit beaucoup mais pas que…

Franck Dubosc, est irrésistible dans son rôle d’homme psychorigide incapable d’éprouver une quelconque émotion, François-Xavier Demaison est très juste en employé brouillon à l’enthousiasme débordant et Elsa Zylberstein est parfaite en femme seule débordée par ses trois enfants qui cherche l’amour.

A voir absolument !

By Olivier Descoins

 

Facebook5k
Facebook
LINKEDIN10k
INSTAGRAM23k