GAUGUIN VOYAGE A TAHITI

By Olivier Descoins

                             GAUGUIN VOYAGE A TAHITI

           

 

C’est au Gaumont Opéra Capucines, à Paris qu’a eu lieu le 17 septembre l’avant-première du film d’Edouard Deluc « Gauguin Voyage à Tahiti » en présence de toute l’équipe du film Vincent Cassel en tête.

Pua-Taï Hikutini et Tuheï Adams avaient fait le déplacement depuis Tahiti et semblaient très intimidés face à une salle comble, impatiente de découvrir le film.

Pernille Bergendorff qui incarne la femme du peintre était lumineuse dans une tenue beige et rose très 70’s.

Vincent Cassel n’a pas hésité à perdre du poids pour se glisser dans la peau d’un Gauguin amaigri, le visage creusé, vieillissant et malade.

 

Le pitch

A la fin du XIXème siècle, Gauguin quitte Paris pour s’exiler en Polynésie française où il rencontre Tehura qui deviendra sa femme mais surtout sa muse.

Il se retrouve face à lui-même, libre, loin des faux semblants du microcosme parisien.

Bravant la maladie et la pauvreté, Tehura va lui redonner le goût de vivre et surtout lui permettre de peindre ses plus belles toiles.

Edouard Deluc nous livre un film assez lisse, lent et contemplatif mais qui omet un certain nombre de choses…

Tehura a seulement 13 ans lorsque Gauguin la prend pour femme (avec l’accord de ses parents).

Elle ne fut pas la seule personne à partager la vie de l’artiste ; il y eut également Titi, jeune prostituée ainsi que Pau’ura et Vaheo qui avaient toutes les deux 14 ans…

Il n’a pas seulement un mauvais diabète mal régulé mais surtout une bonne grosse syphilis dont il a fait « profiter » de nombreuses prostituées de l’île.

On aurait aimé qu’Edouard Deluc explore un peu plus les facettes sombres et controversées de l’artiste surtout lorsqu’on a la chance d’avoir Vincent Cassel.

 

A l’issu de la projection, toute l’équipe du film ainsi que tous les invités se sont rendus au Buddha Bar pour un after party organisé par le duo David Setrouk et David Koskievic de Five Eyes Productions.

Un groupe de musiciens et de danseurs polynésiens accueillaient les invités en leur offrant une fleur de tiaré arrivée par avion de Tahiti le matin même.

On a pu croiser Grand Corps malade, Sagamore Stevenin, le couturier Christophe Guillarmé au bras de Patricia Contreras, Zinedine Soualem et  Aurélien Viik qui ont dansés au son des tambours et du ukulélé  

by Olivier Descoins

 

 

Facebook5k
Facebook
LINKEDIN
INSTAGRAM23k